Les retraites

La plupart des dirigeants actuels, de gauche, de droite ou d’ailleurs, disent ou, pour le moins, conviennent, qu’il n’y a pas assez d’argent pour financer les retraites.

Certains économistes disent au contraire qu’il y a suffisamment d’argent pour cela.
Ils démontrent que la croissance normale du PIB (principal système actuel de mesure de la richesse) permet aujourd’hui un financement plus facile des retraites qu’il y a vingt ou trente ans puisque, comparativement aux retraites, la part du PIB est proportionnellement plus grande.

—On peut cependant constater un aspect inquiétant du PIB.
Il est en effet insensible aux priorités sociales. Il permet même de valoriser des activités nuisibles, dès lors qu’elles génèrent financièrement des valeurs ajoutées.
Exemples : la priorité mise sur