Lettre ouverte aux maires de France

Madame le Maire, Monsieur le Maire,   Vous êtes proche de vos administrés, vous les comprenez, vous connaissez leurs attentes, leurs raisons de satisfaction tout comme celles de leur mécontentement. Vous percevez probablement le risque de voir cette élection présidentielle générer une situation dangereuse. Pour ma part, bénéficiant seulement de quelques intentions de parrainages, sans…

Gérard Privat, qui êtes-vous ?

On me pose fréquemment la question : Qui êtes-vous ? Tout d’abord, puisqu’il est ici question de politique… Au service du peuple est la seule étiquette politique dans laquelle je me reconnais. (Les diverses mouvances, gauche, droite, centre ou extrêmes, sont seulement des leurres faces aux urgences actuelles.) Je propose des moyens simples et efficaces pour construire…

…Gauche-Droite…

« Mais où vous situez-vous sur l’échiquier politique ? »

« Êtes-vous de gauche ? »

Ces deux questions me sont fréquemment posées.

Je ne me situe ni à gauche, ni à droite, ni au centre, ni aux extrêmes.
Je suis par ailleurs très sensible à la protection de l’environnement mais je ne me reconnais pas dans la démarche politique des écologistes dont les orientations sont indiscernables.

L’attitude des dirigeants qui se positionnent à gauche, à droite, au centre ou ailleurs, consiste à se cataloguer, à se figer, ou à induire en erreur.

Il me semble bien plus sérieux et plus utile de

L’enjeu agricole, défi premier du troisième millénaire

« Mais toujours c’est vers le financier gaspilleur, vers le bourgeois taquin et avare, que va de siècle en siècle la richesse des champs des vignes et des bois ».

Ce qu’affirmait Jean Jaurès au début du 20ième siècle a toujours autant de pertinence aujourd’hui. Le sait on ? Il n’y a jamais eu autant de paysans dans le monde. Et une majorité de pauvres ou très pauvres, et de paysans qui ont faim. La crise agricole de ce début de troisième millénaire est à la racine de la crise économique et financière que connait le monde.

On n’en a pas vraiment conscience en France où les paysans représentent une force productive résiduelle. Pourtant les agriculteurs français

Parlons crédit !

Voici une présentation succincte de la nature et des bizarreries du crédit.

Lors des échanges entre les êtres humains, si une personne en aide une autre avec une perspective de réciprocité, alors il s’agit d’un crédit.
La personne aidée en premier étant généralement celle qui a le besoin le plus urgent.
Le crédit est donc une chose naturelle. Ce crédit est naturellement gratuit.

Si le crédit est payant, alors il s’agit d’un certain manque de confiance qui est assimilé à un risque et compensé par une rémunération de ce risque.

Celui qui accorde le crédit se trouve généralement en position de force ; ainsi, lorsqu’il manque de sens moral, il peut avoir tendance à profiter du rapport de force et à exiger une rémunération exagérée du crédit qu’il accorde, sans aucune relation avec la notion de confiance. C’est ce que l’on appelle l’usure.

Le rôle de l’État est de mettre en place des règles de vie sociale qui permettent